L’Institut Européen pour la Santé des Femmes doit être félicité pour la publication de Femmes en Europe Pour Veillir en Bonne Santé: Une Étude sur les Conditions de Santé chez les Femmes de Cinquante Ans et Plus. Cette publication cadre parfaitement avec le propre rapport de la Commission Européenne concernant la situation démographique au sein de l`Union Européenne.

Cette analyses est particulièrement utile. La tendance démographique européene va vers un vieillissment croissant de la population, notamment des femmes. Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans va passer d’un peu plus de 76 millions en 1995 à 114 millions en 2025 selon les chiffres previsionnels. Pendant cette même període, le nombre de personnes de moins de 20 ans va baisser de I1 %. Ces tendances ont des implications majeures, non seulement en ce qui concerne le coût des services de santé mais aussi pour les équipements et les services qui vont s`avérer néccessaires à l’avenir. L’Institut Européen pour la Santé des Femmes fait remarquer à juste titre que les prévisions vont se concrétiser par des mesures visant à minimiser les événements indésirables survenant chez la femme. Cependant, je pense que cette étude, bien que portant sur la femme plus âgée, apporte des lecons pour tous: jeune ou vieux, homme ou femme, professionnels des soins de santé ou malades. Nous devons considérer sérieusement et dès maintenant les problèmes qu’elle soulève.

Ces thèmes soulignent tout particulièrment l`importance des mesures à prendre dans la prévention et l`education sanitaire. Je ne peux qu`être d`accord. Un nombre important des principales maladies qui affectent les citoyens européens et lié aux styles de vie. Les mesures de sensibilisation de nos citoyens sur les façons d`éviter de prendre des risques, par de meilleur régimes alimentaires et par les bénéfices tirées d`une bonne forme physique et mentale, jouent toutes un rôle essentiel pour améliorer à la fois l`espérance de vie et la qualité de la vie. En outre, ces mesures sont souvent susceptibles d`etre misés en place plus efficacement et à moindre coût que des traitements médicaux invasifs et chers. Cela est peut-etre un cliché, mais il convient dans ce contexte de dire `mieux vaut prévenir que guérir.

Dans chacun des quatre thémes abordés dans l`etude- les maladies coronariennes, le cancer, l`osteoporose et la dépression – l`education sanitaire et la prévention ont un role preponderant a jouer pour minimiser leur impact. Les femmes plus âgées pourraient également tirer profit de la lecture des résultats de cette étude. Comme le souligne l`étude, elles pourraient transmettre les enseignements qu`elles en retirent à un public plus vaste, y compris leur propres enfants et les personnes qu`elles ont à leur charge.

J`espère que cette etude sera largement diffusé. Elle mérite d`être lue par les plus de personnes possible et notamment par les femmes elles-mêmes. La Commission Européenne, pour sa part, reconnaît que les besoins de santé des femmes méritent une attention spéciale. Dans son rapport à paraître sur l`État de Santé dans l’Union Européene, a Commission inclura ainsi un chapitre spécificaquement dédié à ce sujet.

Padraig Flynn,
Membre de la Commission Européenne

Home |  Next

Copyright ©1996 – 2013 European Institute of Women’s Health

Leave a Comment